Avec en moyenne 2 accouchements par semaine (impliquant des soins prénataux et postnataux) et 1 vingtaine de soins importants par jour (paludismes, morsures, sutures, vaccinations, perfusions …), l’activité du dispensaire ADDO nous prouve la réalité opportune de sa mise en service.

Les 7000 habitants d’Oumnoghin et des villages alentours bénéficient maintenant de soins de relative qualité. Ils ont pour beaucoup adopté le dispensaire, participent à son fonctionnement et en revendiquent farouchement la pérennité.

vie-au-dispensaire

Un infirmier & une pharmacie

Issaka, infirmier DE et Adama, gestionnaire de la pharmacie: Depuis son inauguration en novembre 2005, le dispensaire n’a cessé d’évoluer. Grâce à une action efficace auprès du gouvernement burkinabé, un infirmier d’état a été nommé et affecté au dispensaire. Dans le même temps, la pharmacie (qui constituait pour nous, la prochaine étape du projet) s’est mise rapidement en place grâce à l’emploi d’une personne du village qui, après formation en partie prise en compte par ADDO, gère les médicaments, les papiers et aide l’infirmier pour les petits soins.
ADDO a également participé au logement de l’infirmier, à l’achat d’un groupe électrogène, de divers matériels de petites chirurgies..

pharmacie

2006 :  Un dispensaire qui dépasse nos espérances