L’ACTION PRINCIPALE D’ADDO

Permettre le fonctionnement du dispensaire pour amener des soins de proximité à la population de Oumnoghin au Burkina Faso.

Nous assurons le suivi complet du projet en relation avec notre association jumelle au Burkina Faso.
Cette association est composée de personnes natives du village, encadrées par un correspondant partagé depuis de nombreuses années entre Chinon en france et Oumnoghin.
Sans intermédiaire, nous veillons ainsi au bon fonctionnement du dispensaire.

NOS BESOINS

L’association a besoin d’un budget annuel d’environ 3000 €.
Pour 10 €, le dispensaire peut assurer : 30 consultations de base ou 10 traitements complets ou 20 pansements post-opératoires.
Pour garantir la pérennité des soins, les médicaments ne seront pas gratuits. Une participation financière modique sera demandée aux malades.
Cette participation permettra le renouvellement des médicaments.
Ce budget nous permet d’acheter des médicaments et de maintenir l’emploi d’un infirmier local breveté d’état.

En France, c’est au moyen des rencontres, réunions, journaux, échanges, montages audiovisuels, manifestations, parrainage, sponsoring, récupération de matériel médical et médicaments, cotisations des adhérents….et grâce à vos dons, que nous pouvons permettre l’apport des soins et l’ouverture quotidienne du dispensaire.

ADDO, AU FIL DES ANNEES…

Ainsi, depuis le début de notre aventure (création d’ADDO en mars 2004), beaucoup de choses ont évolué au village.
Mars 2005 : Création d’ADDO Wend Songdo (association jumelle).
Novembre 2005 : Inauguration officielle du dispensaire, affectation d’un infirmier retraité payé par nos soins.
Mai 2006 : Arrivée d’Issaka Ouedraogo (infirmier mis en poste par l’état burkinabé).
Courant 2006 : Participation à la construction du logement d’Issaka, création du COGES (comité de gestion pour la pharmacie), et formation du gestionnaire (Adama) en partie prise en charge par ADDO.
Novembre 2006 : Achat d’un groupe électrogène et électrification de la structure (une révolution au village).
Début 2007 : Agrandissement de la structure en passant de 2 à 4 salles de soins.
Février 2008 : Arrivée du deuxième infirmier Grégoire Belemssigri.
Mars 2008 : Participation à la construction du logement de Grégoire.
Courant 2008 : Montage d’un dossier de maternité (il y a environ 300 accouchements par an depuis l’ouverture), et nombreuses démarches.
Novembre 2008 : Réalisation d’un forage à proximité du dispensaire.
Début 2009 : Démarrage du chantier de la maternité grâce à la contribution de l’ambassade de France à Ouagadougou (70% du financement).
Janvier 2009 : Mise en poste d’une accoucheuse.
Juillet 2009 : Fin du chantier de la maternité.
Novembre 2009 : Inauguration officielle et équipement de la maternité.
2010 : Pose de panneaux solaires sur la maternité, construction du 3ème logement infirmier, travaux de réparation au dispensaire.
2011 : Construction d’une salle de consultation externe; réparation du toit de la maternité; travaux de peinture et douche faite à l’arrière de la maternité.
2012 : Modifications sur la pharmacie (création d’un guichet, pose d’un coffre…); remplacement de la batterie et du régulateur du solaire du dispensaire; stage de 4 élèves infirmières sur la structure; acheminement de le récolte du CLEF (conseil local des enfants élus de Fondettes qui ont réunis 40 kg de layette et autant de matériel scolaire).
2013 : Réparations diverses (chappes, portes, serrures); pose de panneaux solaires sur la nouvelle pharmacie (constuction financée par la mairie de Bané); remplacement de la batterie et du régulateur du solaire de la maternité).

Depuis 2004, nous procédons également en l’acheminement de matériel médical, consommables et layette par container ou dans les bagages. Nos projets consistent en la poursuite de nos actions afin que cette structure continue d’évoluer et ainsi de promouvoir la santé des habitants.